Se sentir bien dans son entreprise : « Le bonheur au travail ! »… supercherie ou non ?

La problématique du « bien-être au travail » est plutôt récente. Après des vagues de suicides dans de grandes entreprises françaises entre 2006 et 2009, un véritable marché du bien-être au travail s’est formé. Les professionnels du recrutement s’affairent aujourd’hui à viser plus haut que le bien-être : le bonheur au travail ! Là où des entreprises ou cabinets de recrutement lient le bien-être à la performance, d’autres commencent à opter pour des solutions plus qualitatives. Des alternatives qui vont leur permettre d’atteindre cet objectif : faire de ses collaborateurs des heureux au travail.

Bonheur au travail supercherie ou non CJD La Roche Vendée Littoral

LE BIEN-ÊTRE TOURNÉ VERS LA PERFORMANCE

Le bien-être au travail est étudié depuis plus de 20 ans par certains professionnels expérimentés, tels que les psychologues spécialistes du travail. Ces derniers insistent sur le fait qu’aujourd’hui, les entreprises et cabinets de recrutement vendent, à leurs futurs collaborateurs, des postes alliés au bien-être. De vrais plans et moyens de communication sont alors déployés pour communiquer sur ce que la structure dispose et ce qu’elle est en mesure d’offrir à son équipe.

Au premier abord, cette démarche paraît pleine de bon sens. En revanche, à partir du moment où ce bien-être est lié à la performance et à la volonté d’accroître les résultats de l’entreprise, la qualité de travail n’est plus prise en compte. C’est d’ailleurs ce que dénonce Sylvaine PERRAGIN, psychologue indépendante du travail depuis plus de 20 ans. Elle est convaincue que « la souffrance au travail devient l’un des plus  rentables et des plus inutiles ! » Tout pendant que les entreprises auront pour objectif d’optimiser les ressources humaines sans revoir l’organisation de leurs structures et de leurs process, elles ne soulageront pas la souffrance au travail. Pour Sylvaine, les entreprises ne doivent plus continuer à penser performance, ni individualisme. Exit les entretiens individuels qui détruisent l’esprit collectif et constructeur. Elle note d’ailleurs cette aberration de l’entretien individuel d’un côté et de la journée de cohésion d’équipe de l’autre !

Le collaborateur doit retrouver du sens à ce qu’il fait ! Il doit se sentir utile sans être contrôlé. La volonté de contrôler est des plus toxiques au sein d’une organisation !

Le bonheur au travail lié à la performance
Le bonheur au travail CJD La Roche Vendée Littoral

QUAND LE COLLABORATEUR RETROUVE DU SENS DANS SON TRAVAIL

« Donner du sens à son travail, à ce que l’on fait ». Et si c’était la clé du bonheur au travail ?

Mais comment donner du sens au travail des collaborateurs ?

  • Être reconnaissant : un « bravo », un « merci pour votre travail » : il est indispensable de remercier ses équipes plutôt que de communiquer seulement pour donner les objectifs, recadrer des actions,…
  • Revoir ses méthodes de travail, ses processus : l’ennemi n°1 en entreprise, c’est la « réunionnite chronique ! ». Privilégiez les points réguliers avec vos collaborateurs pour trancher sur les points qui vont permettre à votre équipe d’avancer sur leurs tâches. Revoyez et simplifier les méthodes de travail. Retenez les méthodes qui fonctionnent, ne vous empêchez pas de remplacer les méthodes de travail qui apportent des contraintes à vos équipes.
  • Avoir un management positif et bienveillant, basé sur la confiance, tirer ses collaborateurs vers le haut. Certes cela demande de l’énergie mais bien moins que si vous deviez perdre votre équipe et en reformer une nouvelle.
  • Supprimer l’organisation pyramidale et privilégier un même niveau. Chacun doit avoir des missions qui vont permettre de faire avancer l’entreprise. C’est le collectif qui permet d’atteindre des résultats et d’être performant. Jeter vos organigrammes pyramidaux et repartez de schémas circulaires ou la boucle est bouclée et où chacun apporte à l’autre ! Cela permettra à chaque individu et non plus salarié ou collaborateur de comprendre son rôle et ce qu’il apporte à son entreprise.

ALORS BONHEUR AU TRAVAIL : SUPERCHERIE OU NON ?

OUI, supercherie s’il est lié à la performance, aux résultats et NON s’il est amené à redonner du sens à ce que l’on fait en équipe !

C’est d’ailleurs sur ce sujet que nos vendéens se dévoileront lors de la soirée prestige du CJD La Roche Vendée Littoral du 7 novembre 2019. Une table ronde, animée par Adèle Fugère, permettra d’échanger et d’avoir des clés pour assurer le “BONHEUR AU TRAVAIL” des collaborateurs au sein d’une organisation.

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email