Julia de Funès : l’entreprise, lieu de l’absurde